Les prédictions sur l’avenir attirent plus de 15 millions de personnes dans tout l’hexagone. En voyance, 1 francais sur 3 consulte pour un problème de cœur ou de couple. Les femmes sont plus enclines que les hommes à s’adonner aux arts divinatoires. Rares sont en effet les hommes qui assument publiquement de s’adjoindre les services d’une conseillère occulte par crainte que ce type de recours ne soit perçu comme un signe de faiblesse.

Si la voyance reste un sujet tabou toute la société française, célébrités, décideurs d’entreprises, hommes politiques consultent . Quoi de plus naturel de consulter avant de prendre une décision ? Le praticien est également un conseiller qui ouvre des voies, propose des alternatives et donne son avis. Il est évident que confier à une tierce personne ses préoccupations, se sentir épaulé est souvent d’un excellent secours.

Un récent sondage sur la voyance, réalisé sur l’ensemble de la population francaise (hommes et femmes confondus) indique que 68% des personnes interrogées ont répondu s’être rendues chez un voyant ou avoir lu l’horoscope pour se rassurer et déterminer le “bon” moment pour agir. Certes, le choix ne souffre aucun retard, certaines interrogations ou orientations doivent être prises au moment opportun. Et qui saurait dire avec certitude quand est le “bon” moment ?
En ce qui concerne la voyance francaise les normes et les obligations légales sont supérieures à celles mises en place par l’Europe. Tous travaux occultes (envoûtement, retour d’affection, protection, magie) sont strictement interdits.